classe 4P-5P

Visites à l’Hôtel Dieu

Nous sommes tout d’abord allés à la bibliothèque des jeunes où nous avons pu choisir des livres pour la classe et écouter une belle histoire. Puis, nous avons visité l’exposition du peintre jurassien : Gérard Bregnard.

Les élèves ont pris beaucoup de plaisir à répondre aux questions du petit questionnaire et à rechercher différents éléments sur les tableaux. Ce fût une belle activité découverte.
classe 7P-8P

L’inspiration du Chêne

Après un travail sur la poésie de Jean de la Fontaine “Le Chêne et le Roseau”, puis sur différents styles poétiques, les élèves de 7-8P se sont essayés à l’art de la rime et du langage si particulier de la poésie. Les meilleures productions ont été sélectionnées pour être publiées dans le numéro de décembre du Journal LaBaroche.

Poèmes de la classe 7-8P de Charmoille pour l’article sur les chênes

Grand arbre

beaucoup d’écorce

automne

odeur feuillage

le chêne est beau

joyeux

plein de couleurs

et vie en forêt

(Cloé Chapuis) 

Avez-vous vu le petit chêne

qui pousse dans la grande plaine ?

Avez-vous vu le sanglier

qui boit du coca dans le pré ?

Avez-vous vu les écureuils

qui ont des ailes avec des feuilles ?

Avez-vous vu le gros lapin

fonçant dans le très grand sapin ?

Avez-vous vu le beau renard

qui va entrer dans l’étroit car ?

Mais moi, m’avez-vous bien vu, moi

que personne jamais ne croit ?

(Livio Rabeantoandro, d’après un poème de Maurice Carême) 

Il était si grand, si beau

si vieux

le Chêne Millénaire

(Tristan Grélat) 

Sur un chêne

dans ses branches

relaxé par ses feuilles

(Quentin Gindrat)

Le vieux chêne, un jour, dit au petit :

« Tu veux savoir comment j’ai fait pour être grand et beau ? »

Le petit chêne voulait bien savoir.

« Alors, je vais te raconter mon histoire. »

Pendant que le vieux chêne racontait

Le petit, lui, grandissait.

Jusqu’à devenir un beau et grand chêne.

Une tempête arriva.

La dernière chose que dit le vieux chêne :

« Fais pareil avec les plus petits chênes. »

et il s’éteignit.

(Amalia Vifian) 

Je suis puissant

Et suis charmant.

J’ai beaucoup de racines

et plein de copines.

Je me sens observé

Et me sens comblé.

Mais quand le vent souffle, je peux être déraciné.

Ma foi, c’est la vie.

(Emma Lorentz) 

Un chêne qui fait tomber ses glands

un écureuil en prend

et retourne dans sa maison

L’écureuil dit : « Merci, le chêne ! » 

« De rien, jeune animal. »

(Pierre-Alexandre Mettraux)

Je vois la forêt qui danse

Je vois les champignons

Des russules en-dessous du chêne

L’arbre est très très vieux

Il est le bienvenu

Ce chêne, c’est la nature

La forêt l’aime très fort.

(Jules Périat)

Dans une forêt colorée

On peut tout inventer.

Feuille, feuille d’automne

tombe sur le sol

le sol humide et tout coloré

avec ces feuilles tombées.

Puis un renard

sortit de nul part

avec son pelage orangé

comme le coucher de soleil

et un peu de blanc

comme des flocons de neige.

Au pied d’un chêne magnifique

il alla se coucher.

(Daniela Vuillaume) 

– Un jour, tu seras comme moi, dit le vieux chêne au petit

– Est-ce vrai ?

– Oui, c’est vrai.

– Mais comment être aussi grand que toi ?

– Tu devras vieillir, grandir, souffrir mais tu seras un héros, comme moi.

– Un héros ? J’ai hâte. 

(Yara Peirera)

L’automne est arrivé

Les feuilles sont tombées

Les animaux se cachent

C’est tout bientôt la chasse.

(Stéphanie Poupon)

Petit reportage photo le lundi après-midi 8 novembre 2021, alors que les élèves de la classe de 7-8P de Charmoille avaient rendez-vous avec Lucienne Maître, la photographe du Journal LaBaroche. Les élèves ont pris la pose près d’un jeune chêne planté dans le cadre du 40ème anniversaire du canton du Jura, puis près d’un vénérable ancêtre.

L’après-midi s’est achevé avec un travail musical en plein air, sur une adaptation de la fable par les Cowboys Fringuants, “Chêne et Roseau”, que les élèves ont interprétés en spam.

Et sur le chemin du retour, certains élèves se sont rendus compte qu’il y avait des roseaux près de l’école, et qu’un roseau, ça peut être très rigolo !

classe 7P-8P

Sortie pédagogique sur les ruines du château d’Asuel

Rien de tel que de découvrir l’histoire à travers les traces encore visibles qu’elle a laissées dans nos contrées. Le mardi 14 septembre 2021, les élèves de la classe de 7-8P de Charmoille ont eu la chance de pouvoir accéder aux ruines du château d’Asuel, après un accueil au musée de La Balance.

Les élèves étaient répartis en groupe d’après les thématiques qu’ils avaient choisies. Ils ont préparé le sujet d’un exposé qu’ils ont ensuite peaufiné en classe puis présenté devant leurs camarades.

Le château d’Asuel et son histoire
Le château d’Asuel, construit au XIIe siècle, a été la demeure de la famille du même nom qui était alors l’une des plus puissantes de la région. Il a été leur lieu de résidence entre le XIIe et le XVe siècle avant de tomber en ruines.
Qui sont les seigneurs d’Asuel ?
Au XIe siècle, Conon de Montfaucon fonde le château du même nom en Bourgogne voisine. L’un de ses fils, Hugues de Montfaucon-Charmoille, est la souche de la Maison d’Asuel. Celui-ci est le co-fondateur de l’abbaye de Lucelle avec ses deux frères en 1124. Ce sont ses fils, notamment Bourcard Ier et Henri Ier d’Asuel qui reprennent le château fondé probablement entre 1130 et 1140. La famille d’Asuel va ensuite se perpétuer jusqu’à la fin du XVe siècle avec la mort de Jean-Lutolde sans héritier mâle en 1479. Les archives de l’époque
nous permettent de connaître quelques éléments de la vie de certains des seigneurs d’Asuel.
Le château d’Asuel dans la tourmente !
Le château d’Asuel, lieu de demeure de la famille du même nom, a connu plusieurs épisodes de violence au cours de son histoire, comme peuvent en témoigner certains vestiges archéologiques et quelques archives écrites. Tremblement de terre, incendie, siège et attaques : il n’a pas été épargné au cours des trois siècles durant lesquels il a connu une activité !
Des objets qui témoignent de la vie quotidienne des seigneurs d’Asuel
On a retrouver des céramiques qui témoignent de l’aspect culinaire et du mobilier métallique nous en apprennd plus sur la vie quotidienne au château.
Comment gérer l’approvisionnement en eau dans un château ?
L’approvisionnement en eau est un enjeu majeur de la survie d’un château à l’époque médiévale. Si cet aspect doit être pris en compte au moment du choix du site d’implantation, il est parfois relégué au second plan au profit de l’aspect défensif. N’ayant pas toujours de source d’eau à proximité ou de possibilité de creuser un puits, il faut recourir à d’autres moyens de captation hydraulique.
La chapelle castrale Saint-Nicolas
Quasiment au centre de la colline se trouve un éperon rocheux sur lequel prenait anciennement place la chapelle du château d’Asuel. En plus des vestiges archéologiques, cette chapelle est aussi mentionnée dans des archives du XIIIe siècle qui nous apprennent qu’elle était dédiée à Saint-Nicolas et que sur son autel étaient signés les documents importants. Malgré ses dimensions très réduites, elle était le lieu de tous les événements religieux qui rythmaient la vie au château.
Contes et légendes du château d’Asuel
Les châteaux du Jura sont souvent entourés de légendes mystérieuses qui se transmettent par la tradition orale depuis plusieurs siècles et le château d’Asuel ne fait pas exception. Ces récits folkloriques se sont parfois conservés jusqu’à nous parvenir, comme c’est le cas pour les quatre légendes concernant le château d’Asuel : la dame blanche et son chevalier, la brebis noire d’Asuel, le violoniste fantôme dans la suit de No¨el et la femme qui chantait dans les batailles.

Un grand merci à M. Jacques Bourquard qui nous a permis l’accès au site et a participé à la visite, ainsi qu’à l’archéologue cantonale qui a montré aux élèves des objets trouvés lors des fouilles et présentés lors des “Journées du Patrimoine”.